Une intervention chirurgicale est-elle nécessaire pour un ménisque endommagé ?
Une intervention chirurgicale est-elle nécessaire pour un ménisque endommagé ?

Une intervention chirurgicale est-elle nécessaire pour un ménisque endommagé ?

Mon passif sur le ménisque

J’ai beaucoup écrit sur le ménisque. Peut-être parce que je les aime bien, peut-être parce que ce sont des structures vraiment très importantes dans le genou, ou peut-être simplement à cause de leurs fréquentes blessures.

L’article d’aujourd’hui m’a été inspiré par la conférence du Dr Mihai Vioreanu au Congrès conjoint sur la préservation de cette année, auquel j’ai eu l’occasion d’assister en tant qu’auditeur et orateur.
Le Dr Vioreanu a abordé le sujet des lésions méniscales et de leur impact sur le développement plus rapide des changements dégénératifs de l’articulation du genou. C’est un sujet extrêmement intéressant pour moi, notamment en raison de mes blessures personnelles.

Quels sont les effets d’une blessure au ménisque ?

Le ménisque est une structure intéressante. C’est l’amortisseur spécifique de l’articulation du genou, qui prend en charge une partie de la charge agissant sur les surfaces articulaires, par exemple dans les activités quotidiennes ou pendant le sport. Pendant de nombreuses années, son importance a été sous-estimée. La médecine pensait que même l’ablation d’un fragment du ménisque endommagé lors d’une blessure n’avait pas beaucoup d’influence sur les changements dégénératifs ultérieurs de l’articulation du genou.

Il me semble que cela peut également être dû au fait que les opérations réalisées à l’aide de l’arthroscope, dont précisément l’ablation d’un fragment du ménisque, ont une histoire relativement courte en Europe. Ce n’est que maintenant que nous sommes en mesure d’observer les effets à long terme de ces opérations et que nous pouvons tirer des conclusions de ces observations. Et les conclusions sont assez intéressantes.

ménisque genoux blessure sportive

Actuellement, lorsque le ménisque est endommagé, sa réparation est effectuée par la méthode du « trou de serrure » à l’aide d’un arthroscope, ce qui entraîne une faible invasivité des tissus du genou.

La réparation arthroscopique du ménisque après une blessure est très souvent inévitable, c’est un fait indéniable. Lorsqu’une partie importante de cette structure a été endommagée et que la localisation de la rupture est malencontreuse, l’intervention chirurgicale semble être une nécessité.

Les symptômes de blocage du genou ou les douleurs très intenses ne permettent même pas un fonctionnement relativement normal de l’articulation du genou. Dans ce cas, il existe deux options chirurgicales : le fragment de ménisque endommagé peut être suturé ou retiré complètement. Le choix appartient bien sûr à la personne qui opère, mais il est bon de se rappeler quels sont les risques de chacune de ces options.

Ablation du ménisque

La méniscectomie partielle, comme on appelle en médecine l’ablation d’un fragment du ménisque, est la première option, la plus mauvaise pour le patient, pour résoudre le problème. À première vue, la méniscectomie est une méthode beaucoup moins compliquée, après laquelle le patient récupère plus rapidement. Pratiquement immédiatement après l’opération, le patient peut mettre du poids sur son genou et ressent peu de douleur. En un temps plus court, il peut également reprendre le travail et l’activité physique, le problème semble donc résolu. Mais l’est-ce vraiment ?

Les études actuelles sur les personnes qui ont subi une ablation de fragments de ménisque sans sa reconstruction dans le passé montrent que le cartilage articulaire du genou s’use beaucoup plus rapidement après l’opération. Il développe des changements dégénératifs à un rythme accéléré. C’est assez logique, car avec une méniscectomie, le genou perd sa capacité naturelle à absorber les charges, ce qui entraîne une dégénérescence plus rapide de l’articulation. La conclusion est simple : nous pouvons choisir la solution de facilité, mais nous devrons à l’avenir assumer les conséquences d’un tel choix. Les raccourcis finissent généralement mal et c’est également le cas ici. Cherchons alors une meilleure solution.

Suture d’un fragment du ménisque.

En fait, je devrais commencer ma discussion sur le ménisque endommagé par la suture. C’est le premier et le meilleur choix en cas de blessure de cette structure. Le processus de guérison après la suture est beaucoup plus long et nécessite une décharge temporaire de l’articulation avec l’utilisation de béquilles, et la rééducation ultérieure dure même jusqu’à plusieurs mois après l’opération. Cependant, il donne une chance de récupération pratiquement complète avec préservation de l' »amortisseur » naturel. Dans ce cas, le genou a de bonnes chances d’éviter des changements dégénératifs plus rapides.

Il faut cependant savoir qu’un ménisque cousu est toujours le maillon faible et qu’il y a un risque plus élevé qu’il soit à nouveau endommagé lors d’une blessure ultérieure. Pour éviter cette situation, une rééducation post-opératoire de qualité est essentielle, axée sur la stabilisation, la restauration de la force musculaire et le contrôle moteur de l’articulation.

Cependant, que faire si vous faites déjà partie des malheureux qui ont subi une méniscectomie ou qui ont endommagé le ménisque de telle manière qu’il est impossible de le recoudre ?

Un implant méniscal.

Dans ce cas, la médecine moderne nous vient également en aide. Depuis quelque temps, il est possible en France (malheureusement pour l’instant uniquement à titre privé) de reconstruire un fragment excisé du ménisque avec un implant artificiel.

À mon avis, si nous avons une telle opportunité, nous devrions l’utiliser obligatoirement. Le coût d’une telle opération n’est pas minime, mais l’opération ultérieure d’implantation d’une endoprothèse est-elle une solution meilleure et moins coûteuse ? J’ai des doutes raisonnables à ce sujet.