Paris sportifs Burkina Faso : Quels sont les profils des parieurs ?

De nombreuses années après l’arrivée des premiers paris sportifs au Burkina Faso, le secteur gagne de plus en plus en popularité à travers tout le pays. Jeunes ou adultes, le profil des parieurs Burkinabés est très varié. Qui sont réellement ces joueurs qui adulent l’industrie des paris sportifs et favorisent son accroissement au Burkina Faso ? 

Les 3 profils les plus fréquents

Chez n’importe quel bookmaker, il est incontournable de rencontrer les 3 profils suivants : le chanceux, l’analyste et l’amoureux du risque. Le chanceux est celui qui n’établit presque jamais de stratégie, mais qui arrive tout de même à gagner la plupart de ses mises. Il parie souvent de manière subjective et ses choix ne sont pas toujours logiques. Et pourtant, aussi étonnant que celà puisse être, ses paris sont souvent couronnés de gains. 

L’analyste ou le mathématicien est celui qui ne laisse rien au hasard. Il étudie toutes les combinaisons possibles et utilise beaucoup de calculs de probabilité afin de pouvoir gagner tous ses paris sportifs Burkina Faso. Avec lui, rien ne doit être joué sans un minimum de stratégie. 

L’amoureux du risque est un aventurier de nature. Il s’est initialement lancé dans les paris sportifs au Burkina Faso pour les sensations fortes et l’excitation. Tantôt gagnant, tantôt perdant, il y va au flaire et peut tout claquer sur une mise.

Les jeunes parieurs

Il faut savoir que les parieurs sportifs du Burkina Faso sont majoritairement des jeunes. En effet, plus de 81 % se situent entre 18 et 30 ans. Ceux de 30 à 40 ans, en revanche, représentent seulement 12 % des parieurs. Les joueurs de plus de 40 ans, quant à eux, ne dépassent pas les 7 % de la globalité des parieurs Burkinabés. Il n’est donc pas étonnant de rencontrer de nombreux jeunes (des étudiants ou des chercheurs d’emploi) dans les casinos de paris en ligne. Vous l’aurez compris, c’est principalement la présence de ces jeunes dans les paris sportifs qui fait tourner la boîte. 

les profils des parieurs sportifs

 

En règle générale, il y a deux catégories de jeunes qui parient chez les bookmakers : ceux qui font une mise de temps en temps, qu’on appelle les parieurs du dimanche et ceux qui passent leur temps à miser. Le parieur du dimanche, lui, tue le temps. Son objectif principal : se divertir. Il reste donc lucide dans ses choix, en toutes circonstances. 

Les parieurs professionnels

Le parieur professionnel est le plus redoutable, mais aussi le plus convoité dans les paris sportifs Burkina Faso. Avec ses stratégies bien élaborées, il fait les meilleures combinaisons et gagne presque toujours. Un compétiteur de nature, il traîne avec lui une très grande expérience, ce qui lui permet de rester à l’affût des meilleurs cotes. Tous les parieurs veulent être comme lui ou au moins être son ami pour pouvoir profiter des meilleures techniques de jeu. 

 

Avec lui, la chance n’a pas trop son mot à dire, c’est plutôt l’expérience qui prime. Souvent, le parieur professionnel est un amoureux du sport. Que ce soit le football, le cricket, le cyclisme, le basketball ou autres disciplines sportives, il en connaît les règles par cœur.  

Les profils à éviter

Au Burkina Faso, dans n’importe quelle agence, il y a toujours des parieurs qu’il faut éviter : les parieurs compulsifs et les chômeurs. Ce premier pourrait mourir pour les paris et pourtant, malgré tous ses espoirs, il ne gagne pratiquement jamais. Son dada : claquer des sommes astronomiques et espérer gagner au point d’oublier le reste (les besoins primitifs, la famille, les obligations). Si vous vous reconnaissez à travers cette description, sachez qu’il est temps pour vous de vous canaliser et de laisser de côté les paris pendant un moment. 

 

Par ailleurs, il n’est jamais très prudent de côtoyer ou d’être un parieur-chômeur. Ces types de parieurs font partie des plus néfastes, car comme ils sont sans emploi, ils pensent avoir tout le temps et tout l’argent pour passer leur journée dans les paris. Dans les agences, ils font l’ouverture et la fermeture des bureaux. Pourtant, c’est là qu’est le piège. Les paris ne doivent pas être considérés comme une source de revenus principale. 

Le pari est le plaisir du sport ajouté à l’utilité des gains. En soi, il n’y a donc pas de mauvais profils de parieurs, à condition de se canaliser.